Opinion : Enfin une poursuite efficace du discours de haine en ligne ?

Le 10 novembre, le ministre de la Justice Van Quickenborne a déclaré devant la commission judiciaire de la Chambre que la lutte contre les discours de haine en ligne deviendrait l'une de ses priorités. Selon certains politiciens de les deux Vlaams Belang si N-VA cela signifierait la fin de la liberté d'expression. Les citoyens qui ne peuvent plus exprimer librement leur opinion en ligne seraient illégalement muselés.

Cependant, rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité : la proposition ministérielle ne ferait que garantir que les crimes qui sont (à juste titre) dans le droit pénal depuis des années puissent enfin être efficacement poursuivis. C'est essentiel pour mettre un terme au climat de Far West qui semble désormais régner en maître sur les réseaux sociaux. Sans aucune hésitation, les gens lancent toutes sortes de faux messages dans le monde derrière leurs écrans d'ordinateur, incitant parfois directement à la haine, à la discrimination ou même à la violence.

Obtenons-nous enfin une poursuite efficace du discours de haine en ligne ?

Ce à quoi cela peut conduire a été bien illustré en 2016 lorsque des partisans du régime du président Erdogan ont également commencé à détruire et à incendier des bâtiments, des voitures et même des bus scolaires en Belgique qui appartenaient au mouvement dissident Gülen. À l'époque, il y avait eu de nombreux appels sur les réseaux sociaux pour combattre les sympathisants de ce mouvement. Cette pléthore de messages incendiaires a enflammé les gens à un point tel que de nombreuses personnes ont effectivement échangé le clavier contre des graffitis, des pierres et même des bombes incendiaires.

Un problème majeur à ce jour, cependant, est que les auteurs de tels messages haineux en ligne peuvent difficilement être poursuivis. Cependant, le législateur avait déjà décidé en 2007, à travers la loi anti-discrimination, que la publication de messages incitant à la haine, à la discrimination et à la violence est punissable.

Cependant, le grand talon d'Achille de la loi anti-discrimination est que de tels crimes sont invariablement classés dans la justice belge comme des « crimes de presse » et que l'article 150 de notre Constitution prévoit que de tels crimes doivent (dans la plupart des cas) être jugés par une cour d'assises. . Cependant, la convocation d'un tel tribunal est très coûteuse et demande beaucoup de travail et n'est donc presque jamais faite pour ce genre de crime.

Malgré le fait que le législateur considère que les discours de haine dans le monde en ligne sont inacceptables depuis plus de 10 ans, il existe encore un de facto impunité. Par exemple, les auteurs des messages incendiaires anti-Gülen susmentionnés sont sortis du tribunal correctionnel de Gand en toute impunité au début de cette semaine parce que ce dernier a dû se déclarer incompétent en raison de la législation défaillante. Le fait qu'Unia rapporte que le nombre de crimes haineux augmente d'année en année ne devrait donc pas être surprenant.

La critique de la proposition du ministre Van Quickenborne protège le droit à la liberté d'expression. En effet, il va de soi que ce droit est limité lorsque certaines expressions sont sanctionnées. Or, notre législateur, censé interpréter démocratiquement notre consensus social, a déjà décidé il y a plus de 10 ans que les gens devaient être protégés des conséquences de certaines expressions. Le discours de haine n'est tout simplement pas une opinion sans engagement, comme on peut en avoir sur la prime au logement ou la météo. Le discours de haine cible des individus ou des groupes et les appelle à être traités avec hostilité, voire violence.

En tant qu'avocat, je trouve que l'état actuel de notre législation anti-discrimination constitue un obstacle inacceptable à la protection des intérêts souvent vulnérables des clients victimes de discours de haine et de ses conséquences à grande échelle. En tant que citoyen, mon indignation face à ce vide juridique va beaucoup plus loin. Le principe d'égalité qui sous-tend notre loi anti-discrimination fait partie de l'ADN de la société dont je souhaite faire partie. Si ce principe reste lettre morte dans la pratique, je ne peux que dire : pas en mon nom.

Cet article d'opinion a été publié le 23 novembre 2020 dans Truc. Johan Heymans est associé chez Van Steenbrugge Advocaten, spécialisé en droit pénal et droits de l'homme ; et membre du groupe du vendredi (plateforme politique pour les jeunes de tous horizons, soutenue par la Fondation Roi Baudouin).

fr_BEFR