Faites un don de manière abordable

Vous vieillissez de jour en jour et souhaitez, par exemple, faire bénéficier financièrement vos enfants.

Un don bancaire est de loin le moyen le plus simple et le plus avantageux sur le plan fiscal de le faire, mais il n'est pas sans embûches.

Vous trouverez ci-dessous un aperçu de quelques points d'attention.

  1. Caractère neutre d'un don indirect

Tout d'abord, sachez qu'une donation nécessite en principe un acte notarié pour être valable (cf. art. 931 ancien Code civil néerlandais).

L'une des exceptions qui n'est pas soumise à cette exigence formelle légale est une donation indirecte, telle qu'un don bancaire dans lequel le donateur transfère une somme d'argent sur le compte bancaire du donataire.

Il ne peut y avoir de don indirect que s'il est effectué par le biais d'un acte juridique neutre. Cela signifie qu'il ne doit pas ressortir de l'acte juridique si le transfert de propriété a lieu à titre gratuit ou onéreux. En principe, un transfert remplit cette condition : il peut être fait par générosité, mais aussi pour régler une dette ou par voie de prêt.

Beaucoup estiment qu'il est nécessaire de préciser que le transfert est un don et d'ajouter la mention « don » ou « donation » au transfert. De cette manière, cependant, ils suppriment le caractère neutre du transfert, de sorte qu'une donation indirecte valide devient soudainement une donation directe invalide en raison de la violation de l'exigence formelle légale (acte notarié).

  1. Pacte adjoint

Toute donation nécessite toujours 1) la remise de la chose au donataire 2) l'intention du donateur de donner (animus donandi) et 3) l'acceptation du don par le donataire. Dès lors que l'une des trois conditions n'est pas remplie, il n'y aura pas de don valable et sera sujet à destruction.

Afin de limiter les difficultés de preuve concernant "l'intention de donner", il est recommandé que le donateur et le donataire disposent d'une pièce justificative ou d'un 'pacte adjoint' composer.

La raison pour laquelle le pacte adjoint ne peut être conclu qu'après la donation réside encore dans la préservation du caractère neutre du transfert. Le pacte adjoint ne sert que de preuve d'une donation antérieure et ne comprend pas la donation en elle-même.

Cette chronologie doit également être prise en compte lors de la rédaction du pacte adjoint. Par exemple, le pacte adjoint sera toujours rédigé au passé.

  1. Période de risque

Il n'y a pas d'inscription pour un don bancaireobligation. En cas d'inscription, les droits de donation 3% ou 7% seront dus de plein droit, selon le degré de parenté entre le donateur et le donataire. Si le don n'est pas présenté à l'enregistrement, une période de risque de 3 ans commence (cette période est déterminée par la résidence fiscale du donateur et s'applique aux Régions flamande et bruxelloise, en Région wallonne s'applique à partir du 1er janvier 2022 une période de risque délai de 5 ans pour les donations depuis la date précitée), au cours de laquelle la donation pourra être soumise aux droits de succession (au lieu des droits de donation réduits).

Si le donneur décède dans la période de risquec'est-à-dire dans les 3 ans après la donation, l'administration fiscale flamande (Vlabel) considérera la donation non enregistrée (sur laquelle aucun droit de donation n'a donc été payé) comme un legs et des droits de succession seront dus dessus.

Afin de prouver à Vlabel dans ce cas que la donation a eu lieu plus de 3 ans avant le décès, une date fixe est nécessaire. Contrairement à un acte notarié, un acte sous seing privé (comme le pacte adjoint) n'en a pas.

Cependant, Vlabel reconnaît qu'une date semi-fixe est suffisante. Sur la base des extraits de compte, le donataire peut prouver que le don a été effectué en dehors de la période de risque. 

Si l'état de santé du donateur se détériore brusquement et brutalement, il peut être décidé jusqu'à peu de temps avant le décès d'enregistrer la donation au bureau de la sécurité juridique et de payer des droits de donation afin d'éviter l'application des taux majorés de droits de succession. Le donateur et le donataire peuvent faire enregistrer le don, mais les droits de donation seront toujours dus par le donataire.

N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations sur les conditions et modalités pouvant être liées au don bancaire ou pour une assistance juridique auprès des éditeurs et (éventuellement) l'enregistrement du pacte adjoint. 

fr_BEFR