Toeristen

Dans sa rubrique intitulée 'BAS' (De Morgen, le 11 mai 2020) Hans Vandeweghe porte un regard critique sur les arbitres du Tribunal arbitral du sport belge.

Il dit que ces arbitres sont des avocats sans exception et les appelle «touristes, entraînés à faire cent et un arguments pour semer la confusion”.

Indépendamment des impressions très subjectives de Vandeweghe sur l'expertise de ces avocats-arbitres et du fait que de nouveaux documents peuvent encore être utilisés pour le BAS, il est faux que tous les membres du BAS soient constitués d'avocats. De nombreux magistrats, professeurs, experts financiers, médecins et juristes d'entreprise figurent sur la liste des arbitres du BAS. Ils sont admis sur cette liste par une commission de nomination composée de magistrats et de professeurs. De plus, le BAS est soumis aux règles d'arbitrage du Code judiciaire et des réclamations peuvent être formées contre les décisions arbitrales devant un tribunal civil. Pas exactement un club touristique je pense.

L'auteur, en revanche, fait l'éloge de la commission des licences. Il dit que ce comité est présidé par un juge professionnel expérimenté (ce qui est correct) mais ensuite Hans Vandeweghe complète sa phrase comme suit :et parmi ses membres (la Commission des Licences) figurent le gestionnaire de licence, dont tout le monde s'accorde à dire que l'homme connaît son métier, un notaire et un commissaire aux comptes, tous deux avec des années d'expérience ».

La deuxième erreur de l'auteur est que le gestionnaire de licence n'est pas du tout membre du comité des licences, et ne devrait certainement pas l'être.

Le gestionnaire de licence appartient au «Service des Licences de l'Association Belge de Football” qui devrait être complètement indépendant de toutes les parties impliquées. C'est littéralement ce que dit la réglementation fédérale.

A cet effet, ce gestionnaire de licence doit signer chaque année une déclaration d'indépendance. Son travail consiste à donner des conseils au comité des licences, mais il n'a absolument pas le droit de juger, comme le suggère à tort l'auteur de la chronique, ce qui est une différence fondamentale.

L'incompréhension est probablement due à la perception qui se crée, maintenant que l'actuel gestionnaire de licence ose donner l'impression de délibération et surtout de disposer.

De nombreux clubs (petits ou amateurs) ont des problèmes avec la quantité de pouvoir dont dispose le gestionnaire de licence.

A y regarder de plus près, le gestionnaire de licence cumule plusieurs emplois. En plus d'être gestionnaire de licence, il est également gestionnaire de calendrier, mais surtout, avec sa propre entreprise, il est directeur et directeur financier de la NV Pro League, le véhicule qui a été mis en place au sein de l'asbl Pro League. pouvoir exploiter les droits télévisuels des clubs professionnels, entre autres.

Optimiser les intérêts (financiers) des clubs professionnels existants dans un contexte commercial et en même temps fournir des conseils indépendants sur les demandes des clubs amateurs pour obtenir une licence professionnelle est au moins susceptible de créer une apparence de partialité. Cette indépendance reçoit un coup supplémentaire lorsque ce gestionnaire de licence argumente au propre comme au figuré contre les clubs du côté du KBVB devant le BAS.

Avec des pouvoirs cumulatifs, l'Association Royale Belge de Football n'a jamais eu de problèmes majeurs. Le président de la KBVB est le président d'un club de haut niveau, même histoire avec la Pro League.

Après tout, les intérêts du propre club ne correspondent pas toujours aux intérêts de l'association faîtière.

Après la fin éhontée de l'affaire de corruption (KVM – Waasland-Beveren) l'année dernière, les pirouettes parfois étranges au sein du parquet fédéral, le statut douteux des arbitres et ces effets cumulatifs malsains, l'Association pourrait bien faire face en l'ère corona.réinitialiser”.

Cela ne fonctionnera pas si les membres de la BAS brûlent en tant que touristes.

Un nouveau codex, une direction indépendante, un corps d'arbitres et un bureau du procureur fédéral, chacun relevant d'une agence distincte et ayant un statut distinct, et des structures transparentes sont désespérément nécessaires pour assurer la crédibilité du football.

fr_BEFR