FAILLITE ET RESPONSABILITÉ DE L'ADMINISTRATEUR (PARTIE 1) : UN DÉJÀ PROBLÈME PEUT-IL Y RÉPARER ?

En tant que directeur, vous assumez de nombreuses responsabilités. Vous pouvez être tenu responsable si vous commettez une erreur dans l'exercice de ces responsabilités. Cela est fait à la fois par l'entreprise elle-même et par des tiers. C'est ce qu'on appelle la responsabilité des administrateurs. Mais qu'en est-il en cas de faillite ? La responsabilité du conducteur est-elle toujours en jeu ? Un administrateur peut-il invoquer des décharges précédemment accordées à l'égard du syndic de faillite nommé ?

Le responsabilité d'un administrateur n'est pas automatiquement compromis en cas de faillite de l'entreprise. Les motifs « ordinaires » de responsabilité des administrateurs restent applicables. Cela peut inclure :

  • la erreur managériale courante: par exemple utiliser la carte de crédit de l'entreprise à des fins privées, ne pas avoir souscrit les assurances nécessaires, encadrer insuffisamment le directeur au quotidien, etc.
  • la violation des statuts de la société : par exemple agir en dehors des pouvoirs de gestion expressément limités par les statuts,…
  • infraction du loi d'entreprise: par exemple non-respect de la réglementation sur les conflits d'intérêts, non-publication de la démission d'un administrateur,…

L'assemblée générale des actionnaires exerce le contrôle sur les administrateurs. Lors de l'approbation des comptes annuels, l'assemblée générale des actionnaires se prononcera en principe sur l'octroi de décharge aux administrateurs au titre de l'exercice écoulé. En donnant décharge, les actionnaires indiquent qu'ils sont d'avis que les administrateurs ont exercé correctement leur mandat au cours de l'exercice écoulé et qu'aucune action en responsabilité ne s'ensuivra contre la société. La décharge n'a donc d'effet qu'à l'égard de l'entreprise. Les tiers (par exemple les créanciers) conservent leur droit de déposer une réclamation sur la base de la responsabilité des administrateurs.

La question se pose de savoir si le dirigeant peut également invoquer une décharge déjà accordée en cas de faillite de l'entreprise. 

Lorsqu'une entreprise est déclarée en faillite, un syndic est nommé. Concrètement, la question se pose de savoir si une décharge déjà donnée au conservateur peut être contré. Si tel était le cas, le syndic de faillite ne peut engager une action en responsabilité des administrateurs à l'égard de l'exercice auquel se rapporte la décharge.

Afin de déterminer si le syndic de faillite est lié par une libération préalablement accordée, le rôle du syndic de faillite doit être examiné plus en détail. Le syndic de faillite ne représente pas seulement la société, mais a également pour tâche, entre autres, de réaliser les actifs de la société en faillite (la « masse de la faillite »), afin de payer les créanciers et de répartir l'excédent éventuel entre les actionnaires . Lorsque le syndic agit au nom de la masse de la faillite, il exerce les droits communs des créanciers.

Autour du objectivité d'une décharge valide, il est donc important de savoir si le syndic agit au nom de la société (1) ou au profit de la masse de la faillite (2). Dans le premier cas, le syndic de faillite agit dans le cadre de la responsabilité interne et on peut supposer qu'une décharge (valide) déjà accordée est également répréhensible pour le syndic de faillite. Toutefois, dans le second cas, le syndic doit être considéré comme agissant pour un tiers et non pour la société. Dans ce cas, le syndic de faillite fait valoir une créance au nom des créanciers solidaires. Par conséquent, la décharge déjà accordée aux administrateurs par les actionnaires n'est pas opposable au syndic dans cette situation (Cass. 18 juin 2021, RW 2021-22, ép. 23, 901). 

Malgré une décharge valable, le syndic est donc en mesure d'exercer une action en responsabilité des administrateurs dans la mesure où celle-ci est au profit des créanciers solidaires de la société en faillite.

En plus des motifs ordinaires de responsabilité des administrateurs, comme expliqué ci-dessus, il y a aussi le responsabilité spéciale en cas de faillite en raison d'une négligence grave. Ce motif particulier de responsabilité de la part des administrateurs, et comment l'éviter, sera expliqué plus en détail dans un blog ultérieur (partie 2).

Vous craignez que la responsabilité de vos administrateurs ne soit engagée, que ce soit dans le cadre d'une faillite ou non ? N'hésitez pas à nous contacter (maren.deracourt@vsadvocaten.be).

fr_BEFR