Vous voulez contester une amende de gaz ?

La Cour constitutionnelle facilite les choses

Le juge de police est le juge qui connaît de l'appel contre une amende du GAS. Selon la Cour constitutionnelle (arrêt du 23 avril 2020), le juge de police est autorisé à réduire l'amende du GAS à un montant inférieur au minimum légal, mais aussi à suspendre (partiellement) l'obligation de payer une amende. La Cour ouvre également cette possibilité au responsable du GAS qui sanctionne.

Qu'est-ce qu'une amende GAZ ?

Des « GAS », ou sanctions administratives municipales, ont été instaurées dans le but d'agir contre des phénomènes de nuisances qui ne sont souvent pas suffisamment graves pour être traités par les tribunaux pénaux.

En d'autres termes, les communes ont désormais la possibilité de sanctionner certains actes répréhensibles, qui auparavant restaient généralement impunis car le parquet avait d'autres priorités. Par exemple : uriner dans des lieux publics, utiliser des tondeuses à gazon électriques le dimanche, dépotoir illégal. De nombreuses amendes de stationnement relèvent également de ce système.

Outre l'imposition d'une amende administrative, la loi prévoit également des mesures alternatives, telles que la médiation et les travaux d'intérêt général.

Nous notons que de telles alternatives sont rarement, voire jamais, utilisées. L'amende GAS est toujours la règle. Cette amende peut aller jusqu'à 350,00 €.

Les amendes du GAS pour les violations des mesures corona

Les infractions aux mesures corona connues ne pouvaient à l'origine être sanctionnées que sur la base de l'article 10 de l'arrêté ministériel du 23 mars 2020 d'une peine d'emprisonnement de 8 jours à 3 mois et/ou d'une amende de 208,00 euros à 4 000 euros.

En pratique, par arrêté du Collège des procureurs généraux, ces sanctions sont limitées à des règlements amiables au pénal de 750,00 euros pour les trafiquants et de 250,00 euros pour tous les autres contrevenants. En cas de non-paiement, de répétition ou de concordance avec d'autres infractions, le procureur de la République convoquerait le tribunal correctionnel.

Afin d'éviter des poursuites massives et la surcharge des tribunaux, l'arrêté royal n° 1 du 6 avril 2020 prévoit que les communes peuvent également sanctionner les violations des mesures Corona par des sanctions administratives communales.

Cet arrêté royal prévoit une amende administrative forfaitaire de 250,00 euros par infraction. Ici aussi, l'amende est une priorité absolue. De plus, les alternatives sont même exclues.

Décisions récentes de la Cour constitutionnelle

Jusqu'à récemment, il n'y avait que deux options : soit payer la totalité de l'amende imposée par l'agent de sanction, soit la contester. Le tribunal de police ne pouvait que vérifier la légalité de l'amende et donc confirmer ou annuler l'amende.

Dans des arrêts récents, la Cour constitutionnelle a élargi ces options :

  • Arrêt du 23 janvier 2019 (arrêt n°8/2019) : la Cour constitutionnelle a jugé que le juge de police a le pouvoir dans la procédure d'appel de réduire l'amende du GAS en dessous du minimum fixé, s'il tient compte de circonstances atténuantes.
  • L'arrêt du 23 avril 2020 (arrêt n° 56/2020) : selon la Cour constitutionnelle, le juge de police doit avoir la possibilité en tant qu'instance de recours administratif d'infliger (en partie) une amende GAS avec sursis. « Ajournement » signifie que la personne sanctionnée n'a pas à payer l'amende du GAS (en totalité) de manière effective, à moins qu'elle ne récidive. Dans ce cas, il doit encore payer l'intégralité de l'amende GAS. La Cour constitutionnelle a implicitement déclaré que le sursis pouvait même être accordé par l'agent de sanction.

Comment un avocat peut-il vous assister ?

Accorder un sursis pour l'exécution d'une peine ou d'une sanction est une faveur. Une faveur qui s'obtient presque exclusivement si des circonstances atténuantes sont identifiées.

Par exemple:

  • C'est la première fois que vous commettez une infraction ;
  • Vous êtes financièrement très serré;
  • Vous avez commis une infraction avec un but supérieur : vous avez rendu visite à votre mère pendant la confinement parce qu'elle était incapable de subvenir à ses besoins pendant cette période;

Avant les arrêts de la Cour constitutionnelle, l'intervention d'un avocat n'avait généralement pas de sens. Seule la légalité pouvait être contestée. C'est différent maintenant. Désormais, l'avocat peut aider à convaincre l'agent de sanction de tenir compte de ces circonstances atténuantes. Si cela n'a que peu ou pas d'effet, une procédure d'appel est toujours ouverte devant le tribunal de police.

Ici aussi, un avocat sera en mesure de conseiller au mieux une personne sanctionnée sur la manière d'obtenir une amende incontestable du GAS (partiellement) avec sursis ou en deçà du minimum légal.

Un point important reste cependant le coût final. Toute personne qui consulte un avocat doit donc s'entendre sur le prix de revient de l'assistance qu'il fournit et vérifier si son assurance assistance juridique peut l'aider.

Si vous avez des questions sur le système d'amendes GAS ou si vous souhaitez des conseils, n'hésitez pas à contacter Van Steenbrugge Advocaten. contact.

fr_BEFR