Contactonderzoek, een inbreuk op uw privacy?

Depuis le début de la crise corona, il y a eu beaucoup de discussions sur la façon de retracer et de suivre les contacts que les personnes infectées ont maintenus pendant la période d'incubation afin de limiter la propagation de l'épidémie. Au départ, on pensait que cela se faisait via ce qu'on appelle recherche de contacts voulez surveiller les applications. En raison de nombreuses objections sérieuses à la vie privée, les gens ont changé d'épaule la semaine dernière et ont pleinement utilisé les "enquêteurs corona" pour détecter les infections. Alors débarrassez-vous de la technologie. Mais aussi se débarrasser des problèmes de confidentialité ? Pas ainsi.

En rapport avec le recherche de contacts apps, l'Autorité de protection des données, le contrôleur de la protection des données personnelles en Belgique, a retiré avis d'urgence du 28 et 29 avril tirer la sonnette d'alarme légale. En premier lieu, elle a dénoncé la manière hâtive et peu claire dont de telles mesures ont été tentées. Elle était également profondément préoccupée par la manière dont les informations (délicates) collectées par les applications seraient obtenues, gérées, partagées avec des tiers et croisées avec d'autres bases de données.

Nos gouvernements semblent maintenant vouloir répondre à ces préoccupations très justifiées en donnant un nouveau look à la collecte de données et en remplaçant les applications par des intervieweurs humains. Ce changement de cap, cependant, est très similaire aux nouveaux vêtements de l'empereur du conte de fées du même nom. Nous voulons tous tellement croire en une manière de cartographier les infections corona possibles qui résiste à la vie privée que nous menaçons de fermer les yeux sur une vérité manifeste : la façon dont le fonctionnement des enquêteurs corona a été façonné ces derniers jours contient au moins autant de difficultés que les applications décriées. Tant qu'il n'y a pas de cadre clair, il n'y a aucune garantie d'un niveau acceptable de protection de notre vie privée.

De plus, des problèmes supplémentaires se posent.

Tout d'abord, Wouter Arrazola de Oñate, le pneumologue impliqué dans la préparation des questionnaires, a indiqué que de telles enquêtes peuvent prendre jusqu'à une heure et qu'il est important qu'elles soient réalisées par "des personnes ayant une expérience du secret professionnel et de la vie privée» étant donné le caractère drastique des questions (article De Morgen, 5 mai 2020). Néanmoins, les personnes étroitement impliquées dans le dossier ne parlent que de formation des enquêteurs de quelques heures (article RTBF, 21 avril 2020), alors qu'aucune formation ni même connaissance de la vie privée n'est requise dans les postes vacants pour le détective corona publiés par le VDAB (voir site web VDAB). Un diplôme d'études secondaires est suffisant. La première conclusion est donc claire : nous comprenons que tout doit aller vite, mais aussi après le démarrage, il faut prendre suffisamment de temps pour bien former tout le monde – notamment en matière de protection de la vie privée.

Dans un second temps, les enquêtes seront organisées par un consortium de différents centres d'appels, le cabinet de conseil KPMG et cinq caisses d'assurance maladie. Or, il y a à peine six mois, en octobre 2019, ces caisses d'assurance maladie elles-mêmes étaient discréditées car elles violaient manifestement les règles de confidentialité (article VRT NWS, 10 octobre 2019). Dans une enquête de suivi, deux mois plus tard, en décembre 2019, la VRT a à nouveau réalisé un échantillon aléatoire qui a montré que ces caisses d'assurance maladie n'étaient toujours pas en mesure de respecter leurs obligations de confidentialité (article VRT NWS, 30 décembre 2019). La deuxième conclusion est tout aussi claire : le choix de travailler avec des partenaires externes est compréhensible, mais c'est encore une fois une raison d'établir des règles claires qui protègent la vie privée. Surtout lorsque vous travaillez avec des partenaires commerciaux.

Cette considération a aussi une importance directe pour l'efficacité de l'exercice qui doit maintenant être fait : si les gens ne sont pas sûrs que leur vie privée est protégée, ils ne donneront jamais les informations nécessaires, notamment au téléphone. Cette opération de grande envergure ne peut être un succès qu'avec une forte protection de la vie privée. Traçage corona peut être nécessaire et peut être urgent, mais, comme cela a déjà été réalisé dans d'autres pays européens comme l'Autriche et la Suisse (vision de soins de site Web), en Belgique également, il faut d'abord prévoir un cadre clair qui réglemente ces matières.

Le gouvernement a maintenant toutes les possibilités de le faire, au moyen de procurations étendues. Une fois ce cadre en place, cependant, il est recommandé qu'il soit évalué en profondeur après quelques semaines, en collaboration avec l'Autorité de protection des données, et que le Parlement soit finalement autorisé à élaborer un cadre juridique définitif.

Sinon, nous allons nous retrouver dans une sorte de football de panique qui rappelle la façon dont en 2016, juste après les attentats terroristes de Bruxelles, toutes sortes de réglementations imparfaites ont été poussées au Parlement à la vitesse de l'éclair. Des années plus tard, ces règles continuent de causer des problèmes majeurs et la prise de conscience que dans le feu de l'action, nous avons peut-être compromis trop rapidement d'importants principes des droits de l'homme. Aujourd'hui aussi, nous menaçons de faire des sacrifices inconsidérés sur l'autel de la lutte contre la pandémie. Que ce soit alors le doigt d'enfant doucement levé qui demande pourquoi l'Empereur, malgré toutes les bonnes intentions sans aucun doute, n'a pas de vêtements.

Cet article d'opinion a été publié le jeudi 7 mai 2020 dans Le standard.

fr_BEFR