RUPTURE : LA TURQUIE DÉTENTE ILLÉGALEMENT UN ADVERSAIRE POLITIQUE DANS L'AMBASSADE DE TURQUIE AU KIRGHIZISTAN

Depuis 5 jours, la Turquie détient illégalement Orhan Inandi, un citoyen de nationalité turco-kirghize, à l'ambassade de Turquie au Kirghizistan. Des sources fiables l'ont confirmé au rapporteur et fondateur du Tribunal turc. Alors qu'en octobre 2018, la Turquie a réagi avec une extrême indignation lorsque Jamal Khashoggi a été arrêté et finalement assassiné à l'ambassade d'Arabie saoudite à Istanbul, il semble maintenant qu'ils utilisent eux-mêmes exactement les mêmes méthodes répréhensibles au Kirghizistan.

Le rapporteur et fondateur du Tribunal turc a reçu des preuves confirmant que l'Orhan Inandi est actuellement détenu illégalement à l'ambassade de Turquie au Kirghizistan. Les autorités turques ont déjà tenté de transférer Orhan Inandi de l'ambassade vers un avion turc qui l'attendait à l'aéroport. La seule chose qui empêche actuellement la sortie clandestine d'Orhan Inandi de l'ambassade et du pays, a été la grande indignation du peuple kirghize, qui entoure actuellement l'ambassade de Turquie. S'il est expulsé vers la Turquie, l'intégrité personnelle d'Orhan Inandi est menacée.

Le fondateur du Tribunal turc et ministre d'État belge Johan Vande Lanotte exhorte la communauté internationale et le Kirghizistan à réagir rapidement et fermement contre cette situation. Il a déjà demandé un entretien personnel avec l'ambassadeur du Kirghizistan en Belgique. Le rapporteur sur les enlèvements du Tribunal turc, Johan Heymans, insiste sur le fait que la tendance de la Turquie à enlever des opposants politiques à l'étranger est en augmentation et que, malgré l'avertissement des Nations Unies, la Turquie continue sans relâche ces crimes internationaux.

Qui est Orhan Inandi ?

Orhan Inandi est né citoyen turc mais a obtenu la nationalité kirghize en 2012. Il vit au Kirghizistan depuis les années 1990 et a été le fondateur de l'organisation Sapat, un réseau d'écoles prestigieuses au Kirghizistan.

Ces écoles sont une épine dans le pied des autorités turques puisqu'elles ont été fondées à l'origine par le mouvement Gülen – le fondateur duquel la Turquie reproche d'avoir orchestré une tentative de coup d'État en 2016. La Turquie a donc activement lancé une chasse aux sorcières internationale sur toute personne même légèrement liée à ce mouvement. Depuis 2016, la Turquie a enlevé illégalement plus de 100 citoyens turcs à l'étranger afin de les ramener en Turquie où ils sont torturés et emprisonnés.[1]

Comment et quand a-t-il été enlevé ?

Le 1er juin 2021, la voiture d'Orhan Inandi a été découverte avec ses portes ouvertes dans la cour d'un complexe résidentiel de grande hauteur dans la capitale kirghize, Bichkek. Le fils d'Inandi, qui a déposé un rapport de personne disparue, a déclaré que la dernière fois qu'il avait eu des nouvelles de son père était à 18 heures le 31 mai 2021.

Le tribunal turc a reçu des preuves confirmant qu'Orhan Inandi est actuellement détenu à l'ambassade de Turquie à Bishek. Depuis le 1er avril 2021, un avion turc est stationné à l'aéroport national kirghize. Le jour de l'enlèvement, l'avion était prêt à « effectuer un vol d'entraînement »[2] mais les observateurs considéraient qu'il était prêt à apporter Inandi retourne en Turquie.[3] Actuellement, il est mis sous pression – comme l'a confirmé sa femme sur Twitter – pour renoncer à sa nationalité kirghize afin qu'il puisse être envoyé illégalement en Turquie.[4]

Inacceptable selon le Tribunal de Turquie

Le Tribunal turc condamne ces pratiques illégales de l'État turc et exhorte la communauté internationale à prendre des mesures.

Johan Vande Lanotte, ministre d'Etat belge et fondateur du Tribunal de Turquie, appelle la communauté internationale à réagir contre cet enlèvement illégal et déclare "La torture et les enlèvements sont devenus une manière systématique d'agir du gouvernement turc pour faire taire toute voix d'opposition. Le recours à l'enlèvement et à la torture est si systématique qu'il devra désormais être considéré comme un crime contre l'humanité au sens du droit international. Nous exhortons clairement le gouvernement turc à libérer M. Inandi et mettent fin à leur pratique d'enlèvement et de torture des opposants au régime. Nous exhortons le gouvernement kirghize à garantir la liberté et la sécurité de M. Inandi. J'ai personnellement demandé à rencontrer SE Muktar Djumaliev, ambassadeur de la République kirghize en Belgique. Cependant, aucun rendez-vous n'a été obtenu.

Johan Heymans, le rapporteur du Tribunal turc pour les enlèvements internationaux, a souligné : « cet enlèvement s'inscrit dans une nouvelle tendance qui semble s'amplifier en Turquie ces dernières années : les enlèvements internationaux sont utilisés pour éliminer les opposants politiques au régime actuel. Cette tendance est extrêmement préoccupante puisque ces enlèvements s'accompagnent souvent de tortures et de détentions illégales et inhumaines. L'année dernière, en mai 2020, 3 rapporteurs spéciaux des Nations Unies et le groupe de travail des Nations Unies ont exhorté la Turquie à mettre fin à cette pratique. Cet appel n'a apparemment pas dissuadé les autorités turques.

Le Tribunal turc est un tribunal d'opinion qui n'a pas de pouvoir juridiquement contraignant mais détient une haute autorité morale en raison de ses juges très renommés, à l'instar du Tribunal international Monsanto ou du Tribunal ouïghour en cours. Son objectif est d'examiner en profondeur certaines des principales questions relatives aux droits de l'homme en Turquie, de sensibiliser davantage la population turque et de fournir une plate-forme aux victimes et à leurs proches pour exprimer leurs préoccupations.

Le Tribunal turc se concentre sur 5 groupes clés de questions relatives aux droits de l'homme, dont l'un sont les enlèvements internationaux et nationaux organisés par l'État turc afin d'éliminer ses opposants politiques.

Compte tenu du récent recours systématique à l'enlèvement et à la torture, il a été décidé au Tribunal de Turquie un sixième rapport sur les « crimes contre l'humanité ».

Vous trouverez plus d'informations sur le Tribunal turc à l'adresse suivante : https://turkeytribunal.com. Le tribunal turc se tiendra du 21 au 25 septembre 2021.


1] Rapport du tribunal turc sur les enlèvements, septembre 2020, https://turkeytribunal.com/report-abductions-in-turkey-today/, p. 7-8.

[2] https://www.facebook.com/aliya.kurbanova.3/posts/10219422591463226.

[3] https://eurasianet.org/kyrgyzstan-turkish-born-founder-of-gulen-backed-schools-goes-missing.

[4] https://twitter.com/reyhaninandi/status/1401448855170863104?s=2

fr_BEFR