Inspections des dossiers pendant la détention provisoire à l'époque de la couronne

Distanciation (sociale) de l'avocat ou distanciation (sociale) des droits de la défense ?

On ne peut nier que la crise corona a profondément affecté la manière dont nous (devons) nous organiser en privé mais aussi professionnellement.

L'organisation de la justice à l'époque corona était initialement en partie déterminée par les différents individuel présidents des tribunaux. Il y avait donc beaucoup d'incertitudes sur la façon d'organiser les choses à la lumière de la pandémie (évolutive). Les dispositions et orientations des différentes cours et tribunaux ont donc été régulièrement adaptées. Le manque d'uniformité se manifeste principalement dans les affaires pénales.

Les arrêtés royaux du 9 avril 2020 ont apporté une plus grande unité, notamment en matière civile. Dans les affaires pénales, cependant, des points douloureux majeurs subsistent. L'un de ces points douloureux est le traitement procédural de la détention provisoire. Cette contribution se concentre sur les droits d'accès inégaux au dossier pénal, qui ont été encore renforcés par les mesures corona.

Accès au dossier pénal pour les chambres : la modification de l'article 21, §3 de la loi sur la détention provisoire

Une personne arrêtée et son avocat ont le droit de consulter le dossier pénal soit 1 jour ouvré avant l'audience (après la première comparution devant la chambre du tribunal), soit 2 jours ouvrés avant l'audience (lors des comparutions ultérieures devant le tribunal audience). la chambre du conseil). Les registres sont ouverts tous les jours ouvrables de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h00. Tant que le suspect est arrêté, la détention provisoire doit être réexaminée périodiquement par les tribunaux d'instruction (c'est-à-dire les chambres des tribunaux et les chambres d'accusation). Les juridictions d'instruction peuvent lever la détention provisoire – avec ou sans conditions – (éventuellement associée au versement d'une caution), ou la maintenir (sous forme ou non de surveillance électronique).

Jusqu'au 29 juin 2019, sauf autorisation du juge d'instruction, les avocats n'étaient autorisés qu'à « visualiser » littéralement un dossier et à le noter manuellement (c'est-à-dire avec un stylo et du papier, en tapant sur un ordinateur fourni par eux-mêmes ou avec un dictaphone) . En aucun cas si un (qu'il soit ou non de sa propre main) copie faite du dossier pénal mis à disposition.

En raison de la modification de l'article 21, §3 de la loi sur la détention provisoire, il est désormais légalement prévu que les avocats avec des ressources propres (lire : avec un stylo scanner ou en prenant des photos) autorisé à faire des copies d'un dossier pénal, à moins que le juge d'instruction ne l'interdise de manière motivée.

Hormis le fait que cet amendement, 9 mois après son entrée en vigueur, ne semble pas avoir pleinement pénétré dans la pratique tous les juges d'instruction des différents arrondissements judiciaires, un nouveau problème se pose en période de corona.

Accès au dossier pénal (numérique) de la chambre du conseil

Bien que la numérisation de la justice ait rattrapé son retard ces dernières années, cela semble rattraper une jambe paralysée en droit pénal.

Un dossier pénal, composé principalement de procès-verbaux des services de police enquêteurs, est également systématiquement conservé sous forme numérique depuis plusieurs années (voir communiqué de presse du SPF Justice).

Cette numérisation présente des avantages en termes d'efficacité, de sécurité et d'écologie. La numérisation permet de suivre les dossiers et de préparer les sessions même à distance. Or, les droits d'accès au dossier pénal numérique sont manifestement inégaux.

Dans le cas de la détention provisoire, cela se fait via les ordinateurs de consultation (qui ne sont pas toujours bien désinfectés) (dans la mesure où il y en a aussi des efficaces) dans certains greffes (d'une surface limitée) où d'autres avocats peuvent également inspecter les divers fichiers.

Les procureurs de la République, qui sont également parties à la procédure lors des audiences dans le cadre de la détention provisoire, ont la possibilité de consulter le dossier pénal (numériquement) à distance (et également en dehors des heures d'ouverture du greffe) et ne sont pas non plus soumis aux options d'accès limité qui s'appliquent au détenu et à son avocat. Selon la Cour de cassation, le procureur de la République peut à tout moment prendre connaissance de l'état des lieux de l'instruction judiciaire (voir arrêt de la Cour de cassation).

Inégalité, ambiguïté et arbitraire dans l'accès au dossier pénal devant la Chambre d'accusation

La loi ne détermine rien sur le droit de consulter le dossier pénal du détenu et de son avocat lorsque le détenu fait appel contre une décision de la chambre de commerce prolongeant la détention provisoire. Il y a ni une interdiction légale d'accorder à la personne arrêtée et à son avocat l'accès au dossier pénal complet en vue de la préparation de la procédure d'appel devant la chambre d'accusation. La personne arrêtée et son avocat dépendent donc entièrement de l'organisation de la chambre d'accusation spécifique. Parfois, la possibilité d'inspection est limitée aux nouveaux documents depuis la dernière session devant la chambre du conseil. Ceci est problématique si la personne arrêtée devait choisir un nouveau conseil entre les deux procédures, car le nouveau conseil ne peut pas avoir connaissance du dossier pénal, tel qu'il a été consulté avant la session des chambres.

En ces temps de couronne, les règles ont même été resserrées. Par exemple, en tant que mesure corona, la chambre d'accusation de Gand a actuellement une interdiction générale d'accès physique au greffe, sauf autorisation du président et uniquement sur rendez-vous.

Et qu'en est-il des droits de la défense ?

L'article 6.3, b CEDH prévoit que toute personne contre laquelle des poursuites ont été engagées a le droit de disposer de le temps et les facilités pour préparer sa défense.

La personne détenue et son avocat peuvent demander un report du traitement de l'affaire s'ils n'ont pas eu suffisamment de temps pour bien préparer la défense. Toutefois, si le juge accorde ce report (qui ne peut jamais être garanti à l'avance), cela signifie que la personne arrêtée doit rester en détention provisoire plus longtemps (et ne plus faire entendre sa cause dans le délai obligatoire, sous peine de libération) .

Deux parties à la procédure (la personne arrêtée d'une part et le ministère public d'autre part) n'ont donc pas un accès égal au dossier pénal d'une information judiciaire en cours. Certes, il existe des arguments défendables pour lesquels le ministère public pourrait avoir des droits d'accès au dossier pénal différents de ceux d'un suspect (arrêté). Cependant, cet écart doit également rester proportionné et doit être mis en balance, entre autres, avec les droits de la défense.

L'avocat et le détenu sont désormais confrontés à un choix impossible : plaider la cause avec une connaissance insuffisante du dossier, ou demander un renvoi. Dans le premier cas, la personne détenue est sous-défendue et dans le second cas, elle est de toute façon détenue plus longtemps. Cependant, il ne peut jamais être l'intention que la personne arrêtée et son avocat aient à faire le choix entre la peste proverbiale et le choléra (ou, littéralement, la couronne).

Le temps d'un stratégie de sortie de l'ère du papier ?

Outre le fait qu'il n'y a pas de réglementation corona uniforme dans les affaires pénales, les mesures corona ne doivent pas être un sauf-conduit pour empêcher le distanciation sociale entre les avocats et le dossier pénal de leur client (incarcéré) encore plus. Bien que les scientifiques soient pleinement engagés dans des études pour la production d'un vaccin corona, il ne semble pas y avoir de mouvement pour offrir aux avocats la possibilité - techniquement existante - de déposer un dossier pénal de manière sécurisée (tant en ce qui concerne le risque d'infection et protéger la recherche) peuvent être consultés à distance. Est-ce qu'un stratégie de sortie de justice de l'ère du papier ne peut pas contribuer à la fois à sauvegarder le droit de la défense (article 6 CEDH) et à limiter la propagation du coronavirus (article 5 CEDH) ?

fr_BEFR